Molly détestait les vacances. Pour elle, c’était toujours la même chose. Tous les magasins, de même que les boutiques, se désintéressaient de l’effrayant et de l’animé pendant la nuit. Les étagères, jadis décorées de visages grotesques, de citrouilles et d’une myriade de costumes, brillaient soudain de couronnes, d’arbres à feuilles persistantes en plastique et de ce joyeux drôle de bonhomme auquel jeunes et vieux s’identifiaient, même s’ils savaient tous qu’il n’existait même pas. À l’approche des fêtes, les gens se débarrassaient immédiatement de leur vie morose et devenaient plus énergiques, plus joyeux, souhaitant à quelqu’un un “Joyeux Noël” ou envoyant des cartes de vœux ringardes qu’ils trouvaient dans le magasin Hallmark local. Soupirant pour la centième fois, elle s’est absentée distraitement dans des lieux de vacances aux Caraïbes, à Aruba et au Dominicain, se demandant où elle allait passer ses vacances cette fois-ci pour s’éloigner de toute cette merde. Elle a sauté légèrement lorsqu’une voix s’est introduite dans ses pensées.

“Vous savez, j’ai entendu dire qu’Aruba est magnifique pendant la période de Noël.”

“Tu m’as fait une peur bleue, Christopher !” Elle a frappé son collègue de travail à côté d’elle dans son box, ses yeux noisettes se plissant en humour et son sourire la charmant facilement.

Elle avait toujours aimé Christopher depuis qu’il avait emménagé dans le service il y a un an et demi. Il était dans la moyenne de l’échelle des hommes de Molly, mais son sens de l’humour et son esprit sec lui ont valu l’amitié de Molly et ils se sont bien entendus pendant cette période. Elle savait qu’il avait charmé beaucoup d’autres femmes et, fait intéressant, il n’était sorti avec aucune d’entre elles. Il lui avait dit que les amourettes de bureau n’étaient jamais particulièrement réussies lorsqu’elles se terminaient. La salope s’était souvenue d’avoir hoché la tête, comprenant ce qu’il avait voulu dire.

“Alors, allez-vous repartir pendant deux semaines cette année ?” dit Christopher, en la regardant solennellement, en croisant les bras et en se penchant sur la chaise du bureau.

“Je peux. Je n’en suis pas encore sûr. Mes parents veulent que je leur rende visite à la campagne, et je ne suis pas encore tout à fait sûre de le vouloir. Je n’ai pas particulièrement envie de me rendre dans un autre endroit où il y a plus de neige…”

“Depuis combien de temps n’as-tu pas vu tes parents, Molly ?”

Molly haussa les épaules d’un air penaud. “5-6 ans maintenant ?”

Christopher a levé un sourcil sur elle, “Tu veux dire que depuis que tu as emménagé dans ce département, tu n’as pas vu tes parents ? Tu es partie en vacances pendant tout ce temps ?”

“Ou tu as trouvé des excuses pour ne pas venir.” Molly a secoué la tête, “Tu ne comprends pas particulièrement, Christopher. Depuis que je suis ici tout seul, mes parents s’attendent à ce que je ramène un homme.”

Christopher lui a lancé un petit rire. “Et c’est une mauvaise chose ?”

Molly s’est mise à renifler. “Oui, surtout depuis qu’il est censé être le…” Ma coquine changea de ton, “le seul que tu peux voir vivre avec toi pour le reste de ta vie ! Ou j’entends : “Pourquoi n’as-tu pas encore trouvé un homme, Molly ? Tu ne rajeunis pas ! Alors, pour éviter tout cela, je pars en vacances sur une île où je ne connais personne”.

Christopher a encore gloussé. “Et tu crois que tu es le seul à entendre ce baratin ?”

Molly a hoché la tête en souriant : “Dans ma propre version, oui, et d’ailleurs, je doute qu’un homme comme vous ait des problèmes pour se procurer cette “femme parfaite”.

Le sourire de Christopher disparaît alors. Et soudain, il est devenu sérieux. “Ce n’est pas aussi facile que vous le pensez Molly.” Avec ça, il s’est levé et a disparu derrière son bureau. Molly s’est assise là un instant, honteuse et stupéfaite d’avoir fait connaître ses sentiments intérieurs.

Idiot. Elle s’est dit . Alors qu’elle se penchait sur la chaise pour s’excuser, leur manager les a interpellés tous les deux.

“Molly ! Christopher ! Viens ici un moment, veux-tu ? J’ai besoin de discuter de quelque chose avec vous deux.”

Christopher a regardé Molly, a levé un sourcil et s’est levé. Molly a poussé ses lunettes de lecture sur son front.
Molly se mit au pas avec lui et, tout en redressant sa jupe froissée, la coquine parla.

“Je suis désolée.”

“C’est… ok. On me dit souvent ça.”

“Tu comprends beaucoup quoi ?”

“Les femmes supposent que je suis prise.”

“Oh.” Molly a plissé son nez, “Alors ça veut dire que tu ne l’es pas ?”

“Pas depuis de nombreuses années maintenant.”

“Oh, mais vous avez une pléthore…” elle était coupée depuis qu’elle était entrée dans le bureau de leur directeur, M. Smthye. Il les regarda tous les deux un instant et épargna un regard supplémentaire à Molly, ses yeux bleu foncé appréciant sa forme élancée devant lui. Elle lui aurait demandé ce qu’il regardait, si elle ne connaissait pas aussi bien son caractère.

“Il y a un nouveau projet dans le service et j’aimerais que vous y travailliez tous les deux et que vous le présentiez aux cadres. Ce projet consiste à créer un nouveau schéma de marketing pour cibler un public plus large. Les cadres voulaient mes deux meilleures personnes sur ce projet, alors je vous choisis tous les deux pour diriger ce projet. Nous n’avons que quatre semaines pour mener à bien ce projet, ce qui vous laisse tout le temps de réfléchir à ce que vous allez faire. Vous m’entendez ? Quatre semaines et c’est tout ! Alors, quelles que soient les idées magiques que vous avez dans la tête, sortez-les. Les dossiers sont là.” Il leur a lancé deux enveloppes en papier mâché, en les faisant briller alors qu’ils les prenaient et se retournaient pour partir.

“Au fait, vous deux”, Molly et Christopher se sont retournés pour lui faire face et ont failli faire tomber des têtes au passage, “vos salaires dépendent aussi de vos résultats”.

En hochant la tête, Molly et Christopher se sont tournés pour partir, Christopher laissant Molly sortir en premier et fermant la porte derrière lui. Molly a poussé un soupir, remerciant silencieusement Christopher pour sa clairvoyance. La femme sexy n’avait pas besoin de sentir le regard de cet homme en s’éloignant. En ouvrant le dossier, en baissant à nouveau ses lunettes de lecture et en feuilletant les dossiers, elle a vu qu’ils avaient beaucoup de travail à accomplir en quatre semaines. Les dirigeants voulaient quatre annonces au total destinées aux préadolescents, adolescents, jeunes adultes et adultes les encourageant à acheter leurs produits. Cependant, ils voulaient quelque chose de complètement original pour les étonner, les faire parler du produit d’abord et ensuite, quand ils révélaient la marchandise, faire en sorte qu’un grand nombre de personnes l’achètent. En outre, ils voulaient quelque chose de subtil qui attirerait leur attention sans toutefois en faire trop et les dissuader d’acheter le produit. L’esprit de Molly a commencé à tourner les possibilités alors qu’elle se dirigeait vers son bureau et s’installait sur la chaise.

“Comment faites-vous cela ?”

“Faire quoi Christopher ?” Molly répondit de manière distraite, en se concentrant sur la tâche à accomplir.

“Esquiver et lire un quart de dossier de manille du bureau de M. Smthye jusqu’à ton bureau ?”

“Facile, je suppose ?”

“Je ne pense pas qu’il soit facile d’esquiver un bureau entier rempli de gens, d’autant plus qu’ils vont tous dans des directions complètement différentes.”

Molly a haussé les épaules, lui épargnant un regard pendant un instant. “Je sais juste où aller, je suppose ?”

Christopher secoua la tête. “Tu me surprends de la modestie avec laquelle tu as fait ce bruit.”

Elle a souri, “Je pense que nous allons devoir utiliser une des salles de réunion demain.”
“Pour ?”

“As-tu déjà jeté un coup d’oeil dans ce dossier ?” Elle lui a encore épargné un regard et l’a regardé se mettre à écumer, son regard perplexe disparaissant lentement au fur et à mesure que la compréhension prenait sa place.

“Ils veulent quatre annonces en quatre semaines ? C’est de la folie.”

“Oh, bien sûr que c’est de la folie, mais je pense que c’est faisable. Je vais probablement ramener ça à la maison ce soir pour y travailler, vu que c’est presque l’heure d’arrêter à ce stade.

“Je suppose que c’est le bon moment pour commencer à faire les valises ?” a répondu Christopher.

Molly a ri : “Oui, Christopher, ce serait le bon moment.”

Molly lui a souhaité une bonne nuit alors qu’ils se séparaient.

Sur le chemin du retour, Molly a légèrement tapé des doigts sur le volant pendant que sa musique flottait tout autour d’elle. La femme sexy chantait doucement avec la musique alors qu’elle était assise dans le trafic de l’heure de pointe, roulant les yeux devant les embouteillages constants qui apparaissaient toujours à cette heure. Marmonnant sous son souffle combien elle détestait conduire à cette heure, elle a relâché son pied du frein et puis son téléphone a sonné. Tapant sur l’écran, elle a baissé sa musique alors qu’une voix familière était amplifiée par ses haut-parleurs.

“Hé, jolie dame”.

“Hey toi-même”, Molly a souri chaleureusement. “Comment allez-vous Mlle Nix ?”

Molly entendit un ronflement de son téléphone. “Très bien, Mlle Molly. Alors explique-moi pourquoi je ne t’ai pas vue depuis deux semaines ?”

Molly a grimacé. “Tu ne me reverras peut-être pas avant quatre autres semaines, ma chère.”

“Et pour l’amour du ciel, pourquoi pas ?” répondit Nix, agacé.

“Christopher et moi venons de décrocher un énorme projet de marketing.”

“De quelle taille parle-t-on ici, ma belle ?”

“Assez gros pour influencer nos deux salaires.”

Molly entendit Nix siffler : “Eh bien alors, je devrais peut-être rétracter ma déclaration précédente. Je pense que je peux attendre encore quatre semaines si c’est ce qui se passe. Vous pourriez certainement utiliser l’augmentation, après tout le travail que vous avez accompli dans cette entreprise ! L’enfer ! C’est en partie grâce à vous qu’ils sont sur la carte !”

Molly a souri à ses éloges, “Maintenant, maintenant Nix. N’augmentez pas mon petit ego maintenant. Je les ai aidés à développer leurs annonces pour les mettre sur la carte, mais en retour, où d’autre pourrais-je obtenir près de trois semaines de congé chaque année ? En général, il faut travailler jusqu’à ces vacances, et en un an, j’ai obtenu le congé pour le faire”.

“Toujours est-il que trois semaines de vacances n’équivalent pas toujours à un salaire plus élevé. En parlant de ça, tu vas repartir cette année ?”

Molly a haussé les épaules : “Je pourrais bien. Mes parents veulent que je leur rende visite, et Christopher…”

“Christopher ? Comment est ce morceau d’homme ?”

Molly a reniflé : “Oh Nix, laisse-moi finir. Et il est très bien, merci d’avoir demandé et oui, il est toujours assis à côté de moi. Comme je le disais, il m’a fait sentir un peu mal à propos de tout ça. Je vais peut-être finir par partir”.

“Et abandonner vos croisières sur les îles, le luxe du sable blanc et du bleu pour voir à travers l’océan, des hommes beaux avec un bronzage parfait et des dents parfaites ? Est-ce que la Molly que je connais prévoit d’abandonner tout ça ?” Molly secoua la tête en riant : “Nix ! J’ai dit que je ne m’étais pas encore décidée, car je ne veux pas rester dans ce pays froid. On verra bien. De toute façon, je ferais mieux d’y aller, il semble que la circulation commence enfin à reprendre et je dois m’arrêter au magasin local de fournitures de bureau. Je t’appelle plus tard ?”

Molly entendit Nix s’écrier : “Non, je t’appelle. Tu sembles oublier que tu as des gens autour de toi quand tu travailles dur.”

Molly a souri, sachant que c’était vrai. “Très bien, très bien, tu m’as eu là.”

“Bien.” Nix lui a soufflé un baiser par le téléphone, “Je t’aime Molly.”

“Je t’aime aussi Nix, bye !”

“Bye !”

L’appel a été coupé. Retour à la musique O/N ?
Molly a appuyé sur le bouton et la musique a rempli ses oreilles à nouveau.

BIP BIP BIP
Le bruit strident de son réveil a immédiatement réveillé Molly. En regardant l’horloge, elle a réalisé qu’il était une heure plus tôt que d’habitude. Mais, elle s’était promis d’arriver tôt au bureau et donc, à contrecœur, la coquine sortit son corps du cocon de son lit chaud et frissonna en s’asseyant, ses tétons durcissant sous sa chemise de nuit au contact de l’air froid. Donnant un autre frisson involontaire, elle appuya sur le bouton pour éteindre son réveil et détourna ses jambes de sous les couvertures de lit pour les glisser dans ses pantoufles froides et pelucheuses. Baillant, elle s’est levée et s’est étirée, entendant des craquements à certains endroits. En se frottant les yeux, elle a salué l’aube en ouvrant les rideaux de ses fenêtres et un doux miaulement lui a fait regarder vers le bas. Son persan, Mika, s’est recroquevillé entre ses jambes et a demandé l’attention de sa propriétaire, Molly l’a prise dans ses bras et a muselé sa fourrure.

“Bonjour Mika”.

Mika ronronnait, laissant échapper un miaulement de plaisir à se faire remarquer.

“Laisse-moi me ressaisir et ensuite nous prendrons le petit-déjeuner mhm ?”

Molly a posé le chat et il est sorti de la pièce en douceur. Molly est entrée dans sa salle de bains et a allumé la lumière, en fermant la porte derrière elle. Se tournant vers le mur qui abritait son lecteur compact, la coquine a appuyé sur le bouton “on”, puis sur le bouton “play”. Ella a flotté jusqu’aux oreilles de Molly, sa voix faisant sourire Molly. Se déshabillant, elle se regarda dans le miroir, et ne se donna pas vraiment la peine de la regarder. La femme sexy savait ce qu’elle avait… Des seins en bonnet C, un ventre légèrement arrondi, des hanches larges, des cuisses bien formées et un tonus musculaire loin d’être suffisant pour être en forme. En soupirant, elle ouvrit le robinet d’eau et chanta doucement avec Ella pendant que l’eau se réchauffait. Attachant ses cheveux, elle est entrée et a tiré sur le bouton pour rediriger l’eau vers la pomme de douche. L’eau chaude a caressé le corps de Molly et elle a commencé à faire mousser le savon pour l’utiliser sur sa peau. Quand elle a eu fini, elle a attrapé la serviette et est sortie, souriant à la sensation de sa belle peau propre.

Vingt minutes plus tard, elle s’était brossée les dents, s’était habillée à moitié, avec ses cheveux encore un peu humides et avait sorti le petit déjeuner pour Mika alors qu’elle mettait la bouilloire à bouillir. Trente minutes plus tard, Molly se rendait au travail en voiture, traînant ses papiers et tous les dossiers dont elle avait besoin. Elle s’était assurée qu’elle avait réservé la salle de réunion pour les quatre semaines suivantes et qu’elle pouvait fermer la salle à clé si nécessaire. Elle n’avait pas besoin d’yeux inutiles pour fouiner dans son travail. Ses talons claquaient bruyamment sur le sol en linoléum lorsqu’elle se dirigeait vers la salle de réunion recouverte de moquette. En ouvrant la porte, la coquine a souri et a commencé à s’installer.

– – –

Molly a senti une main dans son dos, elle a frissonné et a failli sauter hors de sa peau.

“Whoa ! Molly !”

Molly a tourbillonné, les yeux écarquillés, la main sur la poitrine et le cœur qui battait la chamade, “Christopher !” Elle cria : “Bon sang, tu crois que tu me fais peur comme ça !”

Christopher la regarda d’un air penaud, tenant une tasse devant elle. “Je suis vraiment désolé Moll, je voulais juste te donner ça…”

Molly a laissé échapper un grand soupir. “Je ne pourrai jamais lui en vouloir. La femme sexy lui a pris la coupe offerte.

Elle lui a donné un petit coup sur la joue et elle aurait pu jurer qu’il avait légèrement frissonné à ce contact.

“Merci, j’apprécie l’idée.”

Il lui a lancé un sourire ironique : “Alors, tout est pardonné ?”

“Pour l’instant. Et si vous comptez rester pardonné, vous feriez mieux de me donner un coup de main, monsieur.”

Elle a entendu Christopher siffler derrière elle en se retournant.

“C’est quoi tout ça, Moll ?”

“Ça”, Molly a agité les mains devant le casse-tête compliqué sur lequel la coquine travaillait depuis quelques heures hier soir, “ce sont mes idées pour la toute première publicité que nous devons faire. J’espère que vous pourrez suivre mon flux de conscience ?”

Elle a senti Christopher passer devant elle, prendre un marqueur rouge effaçable à sec et commencer à ajouter ses propres notes.

“J’ai déjà une idée, Moll”, se retourna pour lui sourire et la coquine lui répondit en souriant, excitée par tout cela.

Molly s’est affaissée contre le cadre de la porte. Cela avait été quatre semaines éreintantes et les trois dernières heures de présentation de tout ce travail avaient finalement épuisé son énergie. La femme sexy respira profondément, sentant combien elle avait été tendue pendant si longtemps et l’était encore à ce point. Les cadres leur avaient dit qu’ils avaient fait une excellente présentation, mais la question de savoir s’ils allaient réellement utiliser leur travail était encore dans l’air.

“Moll ?

Elle s’est tournée vers son complice, dont l’inquiétude était évidente dans ses traits. Elle lui sourit, se penche sur le cadre de la porte et le caresse affectueusement. Ils étaient devenus beaucoup, beaucoup plus proches ces quatre dernières semaines. Molly ne pouvait pas compter les heures, mais elle pouvait certainement compter les occasions où ils avaient dîné, bavardé, discuté, eu des moments de grande chaleur et les touchers ou les frôlements occasionnels qui faisaient trembler le coeur de Molly. C’étaient les moments qui se produisaient de plus en plus souvent, à sa grande surprise, et c’était ces moments qu’elle appréciait le plus. Il l’a ramenée à la réalité en lui donnant une petite coupe au visage.

“Moll, tu vas bien ?”

Molly fit un signe de tête et recula, mais le destin voulut qu’elle trébucha. Des bras puissants l’embrassèrent et l’amenèrent dangereusement plus près qu’elle ne l’avait été depuis un moment. Elle sentit immédiatement son coeur battre plus vite au contact soudain.

“Christopher”, elle respira et inhala, absorbant son eau de Cologne musquée et la légère odeur aigre de sa transpiration. Il se pencha plus près, reposant presque son front sur le sien.

“Moll, tu es sûr que ça va ?” La femme sexy hocha la tête en regardant ses lèvres former les mots de son nom et elle frissonna, voulant faire quelque chose…

“OUI !” Elle a parlé un peu trop fort, brisant le moment entre les deux. Le cœur de Molly s’est resserré et la coquine a vu une émotion passer sur le visage de Christopher avant qu’il ne disparaisse, enterré avec le sourire habituel sur son visage.

“Pouvez-vous croire que nous avons vraiment fini ?”

“Non, pas vraiment, on a encore l’impression qu’on est censé travailler sur quelque chose. Au fait, de quoi M. Smythe voulait-il vous parler ?”

“De rien, en fait. Il m’a proposé quelque chose, mais j’ai refusé.”

“Oh.” Molly a fait un signe de tête, mais sa curiosité n’était pas aussi satisfaite sur le sujet.

“Alors, on peut aller dîner ? Pour la dernière fois ?”

Molly rit : “Pour la dernière fois ? Tu fais comme si je n’allais jamais te revoir ou quelque chose comme ça !”

Molly se retourna et, avec une légère appréhension, embrassa Christopher sur les lèvres. Il n’a pas répondu un instant, mais cela a suffi pour que Molly puisse facilement s’éloigner. Ses lèvres étaient légèrement entrouvertes lorsqu’elle s’éloigna et il la regarda avec une lueur dans les yeux que Molly ne pouvait pas interpréter.

“Et oui, j’adorerais dîner. Est-ce que sept heures vous convient ?”

Elle regarda avec un peu d’amusement Christopher lever le sourcil sur elle.

“Il s’est remis de ce choc rapide. La femme sexy se dit.

“Tu ne me dis même pas où ? C’est une surprise.”

Elle lui a souri, “Surprends-moi.”

“C’est un défi ?”

“Peut-être ?” Se retournant, elle s’est éloignée, excitée à l’idée de ce soir.

Molly se sentait comme une reine depuis six semaines. Et pour chaque lundi et vendredi, il lui avait offert des cadeaux correspondant aux douze jours de Noël. Le premier jour, ce furent les poires et la perdrix farcie, les anneaux dorés, cinq de ses beignets au miel préférés, sept cygnes, les billets pour le Lac des Cygnes, neuf dames, le film Le Cygne noir, et onze cornemuseurs, l’orchestre de Noël où il l’avait emmenée. Elle a été bouleversée par les cadeaux. Personne ne l’avait jamais traitée ainsi et ce soir, la veille de Noël, la coquine l’avait invité chez elle. La femme sexy voulait le remercier comme il se doit pour tout ce qu’il avait fait pour elle.

Elle a tout organisé, souriant à ses torsions sournoises et délicieuses qu’elle lui réservait.

Christopher a aussitôt frappé à la porte de l’appartement de Molly, notant que c’était la première fois qu’il venait ici. Son téléphone a sonné dans sa poche et il l’a sorti, notant qu’il y avait un message texte de Molly.
Il a cliqué et a ouvert le message.

“La porte est ouverte, tu ne veux pas entrer ?

Surpris, il a ouvert la porte et un léger tremblement l’a traversé.

Les lumières étaient toutes éteintes, et sur le sol se trouvaient des pétales de rose parfumés de rouge et de blanc, tandis que le doux arôme de vanille chatouillait son nez à cause des bougies allumées un peu partout, lui indiquant un chemin à suivre.

Il s’est écrié : “Molly ? Molly ? Où ? Qu’est-ce que c’est que tout ça ? En regardant en bas, il remarqua qu’une note griffonnée dans son écriture l’attendait au sol.

________________
Bonjour Christopher,
Je sais que vous avez une tonne de questions, mais pour l’instant… fermez la porte, enlevez vos chaussures et suivez les lumières.
Amour, Moll
___________________

Christopher secoua la tête et fit ce qu’elle lui demandait, et la vue qui l’accueillit à la fin lui coupa le souffle. Molly se tenait là, éclairée uniquement à la bougie, dans un soutien-gorge, une culotte et des jarretières en dentelle rouge et blanche. Le soutien-gorge soulevait sa poitrine généreuse et le décolleté lui faisait lécher les lèvres par anticipation. Les ombres s’approfondissaient dans la courbe de sa poitrine et il voulait en voir plus. La culotte couvrait son devant, ne lui permettant pas de voir beaucoup puisque la lumière n’y touchait pas, mais il savait que ce serait la perle qu’il cherchait. La lumière et les jarretières accentuaient ses jambes, ces belles jambes courbées qu’il s’assurait d’enrouler autour de lui dans le plaisir. Elle lui fit faire une lente rotation, le titillant et il sentit sa virilité s’agiter à la vue de son délicieux derrière, ses doigts ayant mal à le toucher et à le caresser. Elle l’a fait se transformer en un tas de bouillie et elle le savait. Elle a souri et une chanson a commencé à jouer en fond sonore. Ses yeux s’élargirent à son choix de musique, mais la coquine était tout à fait appropriée pour le moment. Il voulait, non, c’était plutôt comme s’il avait besoin d’elle. La salope se dirigea vers lui, les mains sur ses hanches qui roulaient. Le souffle de Christopher se fit entendre dans sa gorge, tandis qu’elle ronronnait paresseusement à l’oreille et se dirigeait lentement vers lui, son corps se tissant et s’enroulant sur lui comme une anguille glissante. Sa virilité sautait à chaque contact de sa peau contre ses vêtements et il ne pouvait plus se retenir. Il glissa ses mains sur son corps, touchant ses seins, ses tétons, son ventre, glissant sur ses jambes de travail pour lui caresser les fesses et les serrer. Elle lui a donné un ronronnement satisfaisant et s’est éloignée de lui, le laissant essoufflé et désireux d’en avoir encore plus. Il espérait que ses yeux lui promettaient plus, car tout ce qu’il voulait, c’était faire l’amour. Il s’est déshabillé, regardant ses yeux se promener sur sa forme et s’accrocher à la tente dans son caleçon.

“Viens ici.” Christopher grogna, et elle obéit, ses hanches se balançant encore sur la musique de fond. Sa bite battait lorsqu’elle se pressait contre lui et il la retourna et décrocha le soutien-gorge en premier, le laissant tomber par terre. Il la retourna à nouveau et s’émerveilla de ses seins. L’un était légèrement plus petit que l’autre, mais il n’y a pas prêté beaucoup d’attention. Ses mamelons étaient sombres dans l’ombre, mais sa peau était lisse et sans défaut pour lui à la lumière de la bougie. Il en a massé un tout en léchant et en suçant l’autre. Ses respirations devenaient plus profondes et plus lourdes, un miaulement de plaisir échappait à ses lèvres à ses attentions. Il remarqua que ses mains s’étaient enfoncées dans ses cheveux, et qu’elle les saisissait chaque fois qu’il faisait attention à ses mamelons.

“Vous les tétons, vous êtes très sensibles, n’est-ce pas ?” Il lui a demandé, et la coquine n’a fait que hocher la tête. Il souriait et pinçait l’un tout en tétant l’autre. Elle a crié légèrement, mais cela s’est transformé en un gémissement de plaisir quand il a continué.

“Arrête !” murmura-t-elle, “Oh mon Dieu, Christopher, s’il te plaît, arrête, tu vas me faire jouir si tu continues à faire ça.”

Christopher sourit. “Eh bien, ma chère, voyons voir si tu es mouillée.” Attrapant ses fesses, ils se dirigèrent lentement vers le lit, s’embrassant profondément. Christopher l’allongea lentement sur le lit, et admira la vue de ses cheveux étalés sur le lit, de ses yeux à demi-couvercles, de sa poitrine montante et généreuse et de sa prochaine zone d’attaque. Doucement, et lentement, il a défait les jarretières et lui a retiré ses bas, puis lui a enlevé sa culotte, admirant sa chatte et ses jambes soigneusement rasées. Il caressa et embrassa lentement le haut de ses jambes et Moll ronronna de plaisir, puis l’arrêta soudainement avec son pied.

“Attends Christopher, lève-toi.” La salope se glissa plus loin sur le lit et lui fit signe de le suivre. “Je veux te goûter.” Il souriait et obligeait, sa virilité se dressant fièrement dans la lumière comme une goutte de précum a enrobé le dessus. Il grimpa sur le lit et elle le mit dans une position de soixante-neuf. Il gémit de reconnaissance alors que sa langue lèche et tourbillonne sur le sommet de sa tête sensible et que sa bouche l’engloutit, bavant sur toute sa longueur engorgée. Il sifflait de plaisir alors qu’elle traînait légèrement les dents sur le dessous de sa longueur et son corps se tendait alors qu’il sentait ses couilles se mettre à tournoyer. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas senti une femme accomplir cet acte intime pour lui. Ne voulant pas la priver de son plaisir, il sentit l’odeur de son sexe, ses doigts la fendant pour qu’il puisse la regarder. Il admirait les plis rosés de ses lèvres de chatte et son clitoris qui sortait, le mettant au défi. Il a pris le pari et l’a léchée, la sentant immédiatement se défaire et trembler au-dessus de lui. Il sourit beaucoup et l’attaque, léchant, suçant, faisant tournoyer sa langue, léchant son jus d’amour avec délectation. Elle avait un goût légèrement musqué et il appréciait sa saveur. Il aimait aussi entendre ses cris, car ils se répercutaient sur toute la longueur de sa queue et lui faisaient gémir son nom en guise de remerciement. Mais il voulait qu’elle passe en premier, et il lui glissait un doigt dans la chatte, frottant ses parois tout en lui suçant le clitoris. Elle a eu un spasme au-dessus de lui, ses jambes se sont tendues et il a senti ses murs se presser sur son doigt pendant que ses jus d’amour trempaient son visage et coulaient sur sa poitrine. Il la mangea avec joie pendant qu’elle lâchait sa bite avec un bruit de claquement et gémissait son nom avec une grande douceur. Il la regarda se tourner vers lui, et le sourire qu’elle lui fit illuminer ses entrailles et lui donna envie de recommencer. Mais d’abord, il la voulait.

“Tu n’as pas idée à quel point j’ai aimé ça…” lui chuchota-t-elle d’une voix rauque.

“Oh ?” Christopher lui a souri en retour. “Tu vois, j’ai un petit ami ici qui pourrait avoir besoin d’attention…” La salope a fait un sourire qui a fait fondre votre cœur, et s’est retournée pour qu’elle et lui soient alignés.

“Je pense”, lui dit-elle en frottant sa chatte chaude et maintenant très humide contre sa longueur, “Je peux arranger ça”.

Elle l’a accueilli lentement, et il s’est cambré en la coquine , sentant ses délicieux murs se soulever et se resserrer. La salope a fermé les yeux jusqu’à ce que l’os pubien rencontre l’os, puis elle a commencé à le chevaucher. Ses seins ont rebondi avec excitation alors qu’ils s’emboîtaient l’un dans l’autre, et il l’a saisie par derrière et l’a serrée, l’aidant à se relever puis à redescendre. Il l’a regardée se redresser, sachant que sa circonférence tendait ses murs autant que ses murs caressaient sa queue.

“Tu es si serrée et si chaude Moll”, lui chuchota-t-il, et elle le regarda de haut en bas et lui répondit : “Tout ce que je veux, c’est que ta chaleur vienne me faire exploser les entrailles Christopher, tu te sens si bien…” Christopher a senti ses couilles remuer en entendant cela, et il lui a souri. “Comme vous voulez…”

Les seuls sons entre eux étaient les sons humides de la chair, leurs cris et leurs gémissements les uns pour les autres jusqu’à ce que Christopher atteigne le point où il ne pouvait plus se retenir.

“Moll ! J’arrive !”

Et son premier jaillissement lui a sauté dessus, et il a continué alors que tout son sperme repenti la remplissait de l’intérieur et elle est venue aussi peu de temps après, lui arrachant tout son sperme. La salope se pencha et se recroquevilla légèrement dans le creux de son cou. Leurs corps descendaient lentement d’en haut et Christopher sentait sa virilité se ratatiner et rétrécir, mais il ne voulait pas quitter ses murs de velours. Elle ne fit aucun bruit de protestation, alors il resta comme il était.

“Je pense que c’est le meilleur Noël que j’ai jamais passé à la maison”, lui a dit Molly.

Christopher s’est mis à rire. “Eh bien, je suis content de t’avoir convaincu.”