Un annuaire qui présente des sites de sexe et coquin, pour voir du porno et faire du porno. Que pour les français et les françaises qui aiment le sexe et tout ce qu’il est possible de faire. vous allez découvrir des sites dignes d’intérêt qui préfèrent rester un peu dans l’ombre des grands pour satisfaire les demandes les plus indécentes. Venez voir tout cela par vous même, il y a des adresses à découvrir pour avoir une sexualité épanouie. Annuaire porno gratuit et coquin

C’était un dimanche matin merveilleux. Le soleil brillait dans notre petite chambre par une fenêtre ouverte.

-Il va faire très chaud pendant la journée, -vous avez dit.

Nous étions assis dans la cuisine, en train de boire du café aromatique et d’écouter notre musique préférée.

-Allons nous promener avant qu’il fasse trop chaud.

Ce que j’ai aimé chez toi, c’est que tu avais besoin de cinq minutes pour te préparer à faire une promenade ou autre chose. Je n’avais aucune idée de la façon dont tu y arrivais, même si je le regardais très souvent – quelques coups de pinceau à poudre et te voilà, bien habillé et prêt.

Nous sommes sortis dans la rue. Nous avons décidé de marcher dans la rue principale de notre petite ville. Le soleil brillait sur les trottoirs, la verdure, les passants. Les rayons étaient chauds et pas encore. Le soleil n’était pas aussi malin que vous et ne pouvait rien inventer pour combattre l’envie qu’il avait de vous. Vous étiez le vrai Soleil de ce jour-là.

Le choc des cheveux noirs aux reflets dorés ruisselait sur votre chemise noire, soulignant vos merveilleux seins. Des talons hauts exposaient vos jolis orteils et rendaient vos jambes encore plus minces. Des shorts en jeans courts montraient vos jambes faisant allusion à la beauté de vos fesses. Tu souriais en bavardant quelque chose dans mon oreille, tu riais, le vent jouait avec tes cheveux. C’était merveilleux !

Tous les passants ont pu être divisés en deux groupes principaux. Les hommes te regardaient avec admiration et envie, leurs femmes essayaient de te brûler des yeux. Mais, aha ! Comment pourrait-on brûler le Soleil ?! Ils étaient trop insignifiants et minuscules par rapport à vous. Il ne leur restait plus qu’à chuchoter quelque chose aux oreilles de leurs maris.

Tu aimais qu’on te regarde. Vous souriez aux gens.

-Tu es superbe aujourd’hui ! – J’ai dit enfin.

-Oui, c’est vrai ! – Tu m’as souri en signe de gratitude. Ton sourire était si tendre et chaleureux.

J’ai acheté un bouquet de fleurs qui a rendu ta beauté encore plus belle sur leur fond.

-Tu es tout simplement magnifique ! Je suis tout à toi !

-Attention, ne t’évanouis pas ici, dans la lumière du jour, au milieu de la rue ! – Tu m’as fait un clin d’œil.

-Je te veux, -J’ai murmuré à ton oreille qui semblait rose et transparente dans le rayon de lumière.

-Tu peux vouloir n’importe quoi dans le monde, -tu as encore fait un clin d’oeil sournois.

Quand tu en as eu assez du soleil, des sourires des passants et du vent, nous sommes rentrés à la maison. En chemin, nous avons acheté des glaces. Je me suis arrêté à l’entrée pour vérifier la boîte aux lettres, tu as continué ton chemin jusqu’à la porte. Quand je me suis approché de la porte, j’ai vu la photo qui m’a fait perdre mon souffle et être si jaloux de la glace. Tu étais debout devant la porte ouverte, le dos tourné à moi, en train de lécher la glace et de balancer les fleurs. C’était génial ! Tes jambes fines ont attiré mon attention. Je regardais le morceau de tissu que l’on voyait sous le short. J’ai compris que c’était ta culotte. Et la culotte couvrait tes douces fesses…

-Hé, qu’est-ce qui vous a pris si longtemps ? – Tu me l’as demandé gaiement.

-Je suis étonné de ta beauté ! Je suis tout à toi ! J’aimerais avoir un appareil photo maintenant. Je gagnerais le premier prix dans un concours de photo !

-Quel est le problème ?! Tu peux faire des photos… avec ta langue… – Tu as ri en réponse.

Quand j’ai ouvert la porte, tu me regardais de si près. Tu as pris ta glace et tu l’as fait courir sur ta jambe – c’était un autre chef-d’œuvre – Le chocolat contre la neige.

-Vous pouvez faire vos photos…. – Tu me regardais.

Quand nous étions dans la maison, je me suis mis à genoux et j’ai commencé à lécher la glace au chocolat de ta peau douce et blanche comme la neige.

-Maintenant, tu as passé la glace sur l’autre jambe.

Je léchais ta peau, débordante de désir. Je me glissais sous ton short, je me rapprochais de tes fesses blanches comme neige. J’imagine qu’à ce moment-là, j’avais l’air d’un chat qui lèche son chaton. Je n’arrivais pas à penser clairement, ma rationalité s’évanouissait à chaque contact de ta hanche. Tu étais chaud aussi.

-Pas ici, allons-y, -tu as chuchoté.

Nous avons couru jusqu’à l’escalier. Tu t’es soudain arrêté, en passant deux lignes de chocolat le long des hanches et jusqu’au bord du short. J’étais fou de ces lignes, j’ai commencé à les lécher non seulement avec ma langue mais aussi avec mes lèvres et mon nez. Mes mains étaient sous ta chemise, caressant ton ventre chaud, se rapprochant de la mouche.

-C’est fantastique, – je ne pouvais pas m’empêcher de le dire.

Au lieu de me répondre, tu as ouvert la braguette pour que je puisse t’enlever ton short et ta culotte blanche comme neige qui couvrait les demi-cercles de ton derrière. Tu t’es écarté et tu as passé la glace dessus, invitant en quelque sorte ma langue à la lécher. Je n’ai pas eu besoin qu’on me le demande deux fois. Je vous léchais, j’étais sur le point de perdre la conscience du plaisir et du désir. Ma langue dansait sur votre peau. Personne n’avait jamais vu cette danse auparavant. Elle était inhabituelle et n’avait toujours pas de nom. C’est dommage, car c’était une danse formidable de passion et d’adoration. De plus, la danse était extrêmement lascive.

Vous respiriez lourdement, avec véhémence, en vous appuyant contre les rampes pour ne pas tomber. Tu t’es cambré le dos en me donnant ton cul. Tu tremblais d’excitation. Mes mains jouaient une mélodie sophistiquée sur ton ventre, en s’abaissant. Je pouvais sentir l’arôme de tes jus d’amour, ils me rendaient fou.

-Attends, -Tu as couru une autre ligne de chocolat juste entre les fesses, -ici.

Je les ai étalées avec mes mains et aspirées dans ton trou. Tu gémissais de plaisir, tu arquais ton dos, tu me donnais accès à tes fesses autant que possible. Ma langue était comme un voyageur découvrant de nouvelles terres. Je taquinais ton cul, je le caressais, je m’y introduisais, je caressais la peau autour. Tu gémissais d’excitation. Je te regardais.

-Ne t’arrête pas, -tu gémissais.

Je me suis mis à te lécher l’anus, à y enfoncer ma langue. Le trou s’ouvrait, laissant ma langue s’enfoncer plus profondément, pendant que mes mains caressaient et pressaient tes fesses. Tu étais au bord de la béatitude, de la perte de conscience ; tes gémissements devenaient de plus en plus forts. Ta main jouait avec tes lèvres chaudes et mouillées, ton bouton d’amour. Tu te doigtais passionnément et tu t’excitais. Puis ton corps s’est déformé, saisi par la vague de plaisir. Tu gémissais si gentiment, tu me tenais la tête avec tes mains, tu enfouissais tes doigts dans mes boucles.

-Cool ! – Tu as enfin dit.

Tu m’as tiré pour que je te suive jusqu’à la chambre. Tu as enlevé ta chemise. Tu l’as fait tomber dans les escaliers. Tes magnifiques cheveux sont tombés sur tes épaules et ton dos.

Défaites-le.

J’ai défait ton soutien-gorge en dentelle, laissant le monde entier voir tes magnifiques seins. Tu as défait la fermeture éclair de mon jean, on a vu la tête de bite sous le pantalon. Tu as baissé le pantalon, caressant la bite avec tes mains, taquinant la tête avec le bout de ta langue. Je caressais tes cheveux.

-Je baise dans le trou que tu as caressé.

Tu m’as tourné le dos et tu t’es appuyé contre le canapé. Je me suis approché de toi, caressant tes fesses d’une main, ma hampe et ton trou du cul de l’autre. Tu étais si chaud, si excité. Tu as balancé tes fesses et ma tête de bite s’est glissée dedans. On s’est mis à gémir tous les deux. Les sensations étaient grandes. Un peu de résistance et de douleur, puis une tranquillité fantastique et le sentiment que ma bite avait enfin trouvé l’endroit qu’elle avait toujours cherché.

Vous vous êtes à nouveau balancé le cul. Maintenant, tu as poussé ma tige. Ma bite était libre. Nous avons tous les deux réalisé que nous aimions le jeu quand je caressais ta peau avec la tête, puis je te poussais à l’intérieur et ensuite je ressortais. Notre excitation augmentait progressivement ; notre souffle était de plus en plus lourd et chaud.

Finalement, j’ai commencé à t’empaler de plus en plus profondément. Parfois, j’étais lent et tendre, parfois rapide et grossier. Notre excitation était comme une marée, les vagues volaient et s’amenuisaient, laissant des gémissements et des corps tremblants sur les rivages de notre amour.

-N’oublie pas… -Tu as dit vite.

Ma main a glissé vers le bas avec obéissance. Il faisait chaud et humide là-bas. J’ai commencé à caresser tes lèvres avec ma main. Elles étaient ouvertes, mouillées et brûlantes.

-Oui, oui, oui, ne vous arrêtez pas …

J’ai essayé de te baiser le cul et la chatte en même temps. J’ai léché mon doigt et je l’ai mis dans ta grotte. Mon doigt a senti mon propre pénis bouger dans ton cul, c’était incroyable. Tu as aussi ressenti cette béatitude. Tu étais sur le point de t’évanouir.

-Allez, ne vous arrêtez pas… -Ta voix profonde et un peu dure exprimait tant de passion et de désir.

J’ai essayé de t’enfoncer avec le même tempo partout. On avait tous les deux envie de jouir. À un moment donné, j’ai eu un vertige dans la tête, tout mon être était concentré sur le bout de ma tête de bite, j’étais juste en supplément.

-Cum, – je t’ai entendu dire, – j’ai joui trois fois.

Plusieurs coups puissants et mes jus ont giclé dans ma copine, me faisant me sentir sur un nuage. Tu t’es retourné et tu m’as embrassé. Mon bouton était entre nos corps.

-Je t’adore, bébé, -Je t’ai murmuré à l’oreille.

J’ai remarqué à ce moment que tu portais encore tes talons. Nos vêtements ont été jetés dans la pièce, et ma glace a fondu dans le couloir, laissant une grosse flaque brune sur le sol.

-Il faut prendre une douche…