J’ai commencé à appeler des salons de tatouage et de piercing après avoir raccroché le téléphone ce matin, et j’en ai trouvé un à Orlando qui semblait prometteur. Il s’agissait de Dungeon’s Tattoos, propriété de Maître Michael. J’ai dû demander soigneusement ce que je voulais savoir parce que tous les enfants étaient autour de moi, mais nous avons réussi à communiquer suffisamment bien pour que je sache que le piercing coûterait 35 euros. Il m’a dit qu’en aucun cas je ne pouvais être ivre pendant le piercing, alors j’ai demandé mon chemin et j’ai appelé Cindy au travail. Elle m’a dit qu’elle garderait les enfants et les garderait pour moi pendant la nuit. Michael m’avait demandé de venir vers 20h45 parce qu’il fermait à 21h et il savait que cela prendrait un certain temps puisque j’étais si nerveuse.

À 19h, j’ai sauté dans la douche et je me suis complètement rasé la chatte, et bien sûr, je n’ai pas pu résister à la tentation de jouer avec moi-même une dernière fois avant que mon joli petit bijou ne soit traversé par son propre bijou. La crème à raser m’a fourni la lubrification parfaite pour me masser le clitoris pendant que je pensais à toi en train de baiser une autre femme. J’ai parcouru tout le scénario que tu m’as raconté dans ma tête et j’ai explosé quand tu as commencé à la baiser dans le cul. J’ai fini de me préparer en m’assurant que mes jambes et mes aisselles étaient rasées sans poils, et je suis sortie de la baignoire. J’ai brossé mes cheveux jusqu’à ce qu’ils soient démêlés, puis je les ai fait sécher pour qu’ils se recroquevillent. Je me suis légèrement aspergée de parfum, puis je me suis habillée avec ma jupe noire courte, sans culotte ni soutien-gorge, et ma chemise Pooh chambray que tu m’as offerte pour Noël en Californie.

Je suis parti pour Orlando à 8h15, avec Cindy qui roulait des yeux que j’irais vraiment aussi loin à la recherche de l’orgasme parfait. Imagine, pendant que je te baise, je pourrais juste tirer sur les bijoux et jouir autant de fois que je le voudrais !

Je suis arrivée à la boutique de Michael vers 8h35 et il y avait 6-7 personnes qui attendaient pour un piercing. Je me suis promené en fumant une cigarette et en regardant les différents motifs de tatouage sur les murs. Tous les clients étaient des femmes qui voulaient des piercings au nombril, donc cela ne prenait que quelques minutes pour chacune d’entre elles, mais le temps que Michael les termine toutes, il en restait 910. Il a fermé le magasin et m’a remis les papiers à remplir pour donner mon accord pour un piercing. J’ai rapidement griffonné toutes mes informations dessus avant de perdre mon sang-froid, et j’ai pris une grande respiration et lui ai dit : “Je suis prêt”. Il a ri et m’a dit : “On dirait que tu te diriges vers la chambre de torture !” Je l’ai regardé, j’ai souri et j’ai dit : “Je pense que je le suis !” Il a dit : “Non, ma chérie, cela ne t’apportera que du plaisir.”

Il a éteint les lumières de la pièce principale pour qu’aucun autre client ne vienne et il m’a ramenée dans une pièce où se trouvait la table d’un gynécologue. Les étriers ont été installés et il m’a dit qu’il avait besoin que j’enlève ma culotte, que je relève ma jupe et que je me mette sur la table. J’ai vu une expression de luxure traverser brièvement son visage lorsqu’il a vu que je n’avais pas porté de sous-vêtements.

Je me suis levée sur la table alors qu’il rassemblait les provisions et les mettait sur un plateau. Je ne les ai pas regardés parce que je savais que je courrais si je voyais l’aiguille qui allait bientôt entrer dans ma zone la plus sensible. Il a mis ses gants noirs et s’est approché de moi, a légèrement soulevé mes jambes en déplaçant mes pieds vers les étriers. Alors qu’il regardait ma chatte se déployer là pour lui, j’ai senti un filet de mon jus qui commençait à descendre le long de la fente de mon cul. Il a écarté mes genoux et s’est assis sur un tabouret réglable entre eux. Il s’est mis à sonder ma chatte, à la recherche de mon clitoris. Quand il l’a trouvé, je l’ai entendu grogner et il m’a dit : “Je vais devoir te stimuler pour faire ça”. Je lui ai dit de faire tout ce qui était nécessaire, que je voulais vraiment que mon clitoris soit percé, même si j’étais terrifiée. “Il va falloir faire quelque chose à ce sujet”, m’a-t-il dit.

Il s’est penché de plus près et j’ai senti son souffle chaud sur ma chatte, et il a commencé à glisser ses doigts autour de mes lèvres et de mon capuchon. Il a massé mon clitoris pendant quelques minutes puis m’a dit : “Je parie que tu as du mal à jouir, n’est-ce pas ?” J’ai admis que c’était le cas et que c’était l’une des raisons pour lesquelles je voulais que le piercing soit fait. Il m’a assuré que l’éjaculation ne serait pas un problème quand il aurait fini. “Je dois mouiller mes doigts pour vous stimuler”, a-t-il dit, en enfonçant un doigt dans ma chatte frémissante. Il l’a fait glisser à plusieurs reprises, et le latex de son gant a commencé à m’exciter et il a saisi les parois de ma chatte. Il a ajouté un autre doigt et a commencé à me baiser un peu plus fort, en faisant très attention à la zone de mon point G, puis j’ai été soudain surpris de sentir sa bouche sur mon clitoris.

Il s’est mis à lécher et à sucer mon clitoris qui grossissait rapidement. Il l’a aspiré entre ses dents et l’a mordu très fort. Il a ri quand j’ai sauté, et a dit : “L’aiguille va faire plus mal que ça”. À ce moment-là, j’étais tellement excitée que la douleur ne m’intéressait pas. Tout ce à quoi je pensais, c’était à quel point le fait de me faire percer le clitoris me ferait du bien pendant les rapports sexuels et tout le temps, en fait. Michael a commencé à me sucer le clitoris à fond, et j’ai senti le début d’un orgasme. Il a attendu que je sois juste là et il m’a mordue à nouveau. J’ai explosé, en jouissant plus fort que jamais.

Il s’est levé et m’a expliqué que mes jambes devaient être attachées, et que je devais me faire insérer quelque chose dans mon minou pendant le piercing, afin d’éviter tout mouvement brusque. Il m’a montré les pinces qu’il utiliserait pour serrer mon clitoris pendant le piercing, et m’a montré une énorme aiguille qui serait utilisée. Ma peur a commencé à revenir. Il a regardé mon clitoris et m’a dit : “Je vais devoir te stimuler à nouveau, il rétrécit trop”.

Il s’est de nouveau assis, et a touché le bout de sa langue à mon clitoris, en le poussant légèrement. Puis il a commencé à masser mon clitoris avec sa langue et à me baiser avec ses doigts, comme s’il avait les mains entières. Quand j’ai été sur le point de jouir à nouveau, il s’est arrêté brusquement. Je l’ai supplié sans vergogne de me baiser et de me soulager. Il m’a dit : “C’est une bonne idée”, et il a défait son jean pour sortir la plus grosse bite que j’ai jamais vue. “Je vais utiliser ma bite pour te garder tranquille, pendant que je te percerai.”

Il a pris la pince en main et a utilisé un morceau de gaze pour sécher mon clitoris. La texture rugueuse m’a rendu encore plus chaud, et j’ai failli y arriver. Il a ensuite utilisé la pince pour saisir mon clitoris, et en les serrant, j’ai ressenti à la fois une douleur et un plaisir énormes. J’ai senti le bout de sa bite contre l’ouverture de ma chatte, et j’ai retenu mon souffle, car j’avais peur qu’il me pénètre et que cela soit douloureux. Soudain, il m’a frappé avec sa bite et avant que je ne puisse comprendre qu’il était en moi, j’ai ressenti la plus horrible douleur (non, attends, plaisir) de ma vie. Il m’a enfoncé l’aiguille dans le clitoris à cet instant, et soudain, j’étais percée. J’ai crié après les deux intrusions dans ma chatte, et puis…….. il a mis l’anneau dans mon clitoris. Il s’est mis à faire glisser sa bite en moi rapidement. Je me sentais si pleine, et c’était génial, que mon clito me picotait encore à cause de la douleur et du gel à l’alcool sur l’anneau qu’il avait mis. Il a commencé à me dire que ma chatte était serrée et qu’il adorait baiser les femmes qui venaient pour des piercings génitaux. Il m’a dit qu’il ne permettait jamais aux maris ou aux petits amis de le voir faire des piercings à leurs femmes, parce qu’il voulait être le premier à leur donner un orgasme avec les anneaux dans leur clitoris.

Il m’a détaché les jambes et m’a dit de me retourner sur la table. Je me suis de nouveau assise sur la chaise et j’ai dit : “Je dois vérifier et m’assurer que l’anneau pend correctement”. Je l’ai senti bouger légèrement l’anneau, et des vagues de plaisir ont commencé à déferler. J’étais sur le point de jouir quand il a arrêté de la toucher. Il s’est levé et m’a demandé si j’étais prête à ce qu’il me fasse jouir. “S’il te plaît, s’il te plaît fais-moi jouir”, je l’ai supplié !

Il a écarté les fesses de mon cul et s’est penché sur moi. J’ai senti sa langue glisser autour de mon trou de cul et plonger à l’intérieur. Il m’a baisé le cul avec sa langue pendant quelques secondes, puis il s’est relevé et a enfoncé sa bite dans ma chatte. Il a commencé à entrer et sortir de moi, puis s’est arrêté soudainement. Il a sorti sa bite de ma chatte et je l’ai sentie à l’entrée de mon cul. “Non”, lui ai-je dit, “Tu vas me déchirer.” Il s’est mis à rire et j’ai senti une traction rapide sur mon nouveau bijou, puis j’ai eu l’orgasme le plus électrisant de tous les temps. Il a profité de ce moment pour m’enfoncer sa bite dans le cul. J’éjaculais si fort que je pouvais à peine respirer, et j’avais l’impression que mon cul était en feu. Il s’est enfoncé jusqu’au bout, puis s’est arrêté pour me permettre de m’adapter à sa taille. Il a commencé à entrer et sortir lentement de mon cul, et j’ai senti l’anneau bouger. Les sensations qui émanaient de mon clitoris étaient comme jamais je n’en avais ressenties auparavant. Il a commencé à me baiser le cul plus rapidement, puis je l’ai senti enfler alors qu’il était sur le point de vider ses couilles. Il s’est enfoncé en moi jusqu’à ce que toute sa bite soit enfouie dans mon cul, et j’ai de nouveau senti une forte traction sur mon clitoris. J’ai senti sa bite se mettre à pomper sa charge en moi, alors que je commençais à éjaculer fort une fois de plus. Il a sorti sa bite, j’ai roulé sur la table et j’ai commencé à m’habiller.

Je l’ai payé pour le piercing et j’ai quitté le magasin. Chaque fois que je changeais de siège en rentrant chez moi, je ressentais un plaisir extrême, et j’ai dû tirer deux fois sur la route pour avoir des orgasmes très intenses. J’ai hâte de rentrer à la maison et de m’en donner d’autres.